Eléonore Bailly, auteure du Gâteau aux noyaux.

Illustration

Eléonore Bailly évoque son parcours.

La littérature a toujours occupé une place prépondérante dans ma vie. Un rêve inaccessible appréhendé en autodidactetrès jeune à travers la rédaction scrupuleuse de mes mémoires.

L'univers de l'écriture s'est véritablement ouvert à moi au cours d'un stage de reporter à la radio. J'ai trouvé fascinant de retranscrire en mots toutes sortes de situations, à destination de ceux qui ne pouvaient pas voir derrière le poste.

Ce plaisir, toujours insaisissable, je ne cesse de le poursuivre depuis.

Illustration

La conception du gâteau aux noyaux...

Comme beaucoup d'enfants, j'ai été confrontée au vieillissement de mes grands-parents. J'ai pu constater avec tristesse et impuissance que les années les aspiraient dans un ailleurs, sans passerelle avec l'extérieur. Cet état était mis sur le compte de la sénilité qui consignait en même temps l'entourage dans un rôle de spectateur, sans interactions avec le malade.

C'est pour cela que j'ai eu envie d'imaginer une histoire qui briserait la distance résignée adoptée habituellement. Il me semble que l'incompréhension naïve d'un enfant, son insistance tendre, peuvent percer ce chemin.

La mise en scène de gâteaux colorés un peu fous a pour but, du moins je l'espère, de donner envie.

Désir et appétence, pour aller au-delà du traitement réservé à cette pathologie.

Illustration

 

Un livre jeunesse, pour ouvrir le dialogue avec les enfants... ( à partir de 6 ans)

Tous les jours après l'école, Axel prend le goûter chez sa mamie. Un rendez-vous qu'il ne manquerait pour rien au monde, à cause des recettes un peu folles qu'ils inventent tous les deux.

Alors quand ses parents lui annoncent qu'il ne peut plus aller seul chez sa grand-mère, Axel ne comprend pas. Une fin d'après-midi, il décide d'aller rendre visite à celle qui lui manque tant.

A partir de la relation tendre entre Axel et sa grand-mère, le gâteau aux noyaux évoque la maladie d’Alzheimer, une pathologie encore gardée sous silence, par crainte de ce qu’elle suppose.

Entre les questions d’Axel et les silences de ses parents, le livre ouvre un chemin en direction d’une maladie dont on ne guérit pas mais avec laquelle il faut apprendre à vivre.
 

 

RETOUR

Agenda

Le mercredi 27 février 2019 : journée internationale des maladies rares, au CHU de Nantes.

En savoir +

Le mardi 26 février 2019 : reportage sur Paul Samanos, dans le journal de la santé de France 5

En savoir +

30 et 31mars 2019 : festival de l'illustration et de la BD d'Ancenis

En savoir +

Dimanche 15 avril 2018 : atelier d'écriture sur le thème "Mille et un corps" à la maison de Confluences

En savoir +

À VOIR, À ENTENDRE

Parentalité/handicap : Une maman "loisirs"

Témoignage reccueilli lors du colloque "Du désir d'enfant au devenir parent : quels cheminements quand on a un handicap" du 17 mars 2017

GALERIES DE PHOTOS

visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel
visuel