47

Décembre
2017

Grandir : une chance ! Par Nathalie Pillard

par Nathalie Pilard

Nous vous partageons une réaction spontanée d'une auteure à l'annonce des difficultés de notre association.

Passer d'un monde à l'autre nous arrive tous à un moment de notre vie. Nous n'étions rien ou du moins nous le croyions, et nous devenons soudainement ce que nous sommes, ce qui nous porte, et va porter les autres.

Nous dépensions une énergie folle à ne rien faire, à nous chercher partout, parce qu'il faut être "quelqu'un" et puis d'un coup, sans savoir pourquoi et d'où ça nous vient, on donne. On donne à quelqu'un, on donne de soi, peu importe la manière, on va vers l'autre parce qu'on veut son bien. C'est un déclic qui prend trois secondes. Et en une demi-seconde, notre vie a pris son sens. Parce qu'on s'en fout royalement de qui on est, mais on veut juste faire. Et faire un peu. On va pas déplacer des montagnes parce que les montagnes, elles sont très bien là o'ou elles sont. Mais des gens qui souffrent, y en a partout, sur le palier, dans le bar du coin, et puis chez nous. Aider les gens qui souffrent, c'est à la portée de tout le monde.
En fait non, c'est pas vrai, c'est pas facile. Ce qui est dur, c'est de voir que sa propre souffrance est celle de l'autre. Ca, c'est un monde. Grandir d'un monde à l'autre c'est comprendre que ma souffrance, c'est celle de l'autre. Que la souffrance de l'autre est à ma portée. Que l'autre qui est "différent" porte une part de moi-même et que je porte une part de lui-même. Ce n'est pas de l'égocentrisme de se voir dans l'autre, c'est de l'humanité. On donne parce qu'on est humain et parce que l'autre est humain.
Je suis handicapée et mon handicap est invisible parce que psychique. Voilà, ça c'est ce que je pourrais me contenter de dire pour me définir, et ce serait pas faux. Mais je veux pas être, je veux faire. Je ne renie pas mon handicap, il a foutu en l'air une bonne partie de ma vie. J'ai foutu en l'air une bonne partie de ma vie. Mais voilà, un jour les dégâts causés nous servent. Parce qu'un jour on se réveille et il n'est pas trop tard. Il n'est jamais trop tard pour passer d'un monde à l'autre.
L'association Grandir d'un Monde à l'Autre peut vous donner cette chance. Cette chance de grandir, cette chance de donner, de faire ce premier pas.

S'inscrire à la lettre d'infos

Pour la recevoir par courriel