34

Septembre

Octobre


Novembre
2015

Rencontre avec Gwénola Morizur et Fanny Brulon

Editions d'un Monde à l'Autre (EDMA) : Bonjour Gwénola, bonjour Fanny. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Gwénola Morizur : Bonjour. J’ai un parcours de dévoreuse d’histoires qui date de l’enfance et qui m’a menée vers des études de lettres. J’écris depuis longtemps dans des petits carnets que j’ai toujours en poche, et il y a quelques temps, j’ai proposé des textes à des éditeurs pour la publication (poésie adulte et jeunesse / scénario BD) ou répondu à des projets (ouvrages de commande, scénarios de séries jeunesse).

Fanny Brulon : Je m'appelle Fanny Brulon, j'ai 31 ans. Je vis au bout du monde plus exactement à Brest... Je suis maman d'un petit Marius qui a cinq mois à qui je lis déjà de jolies histoires ...
Illustratrice jeunesse en freelance depuis maintenant 4 ans, j'adore dessiner et faire rêver les tous petits et les plus grands avec des couleurs, des traits et de la poésie dans les images.

 

EDMA : Gwénola, en octobre, nous publierons votre texte Les yeux d’Alix. Pouvez-vous, sans le dévoiler, nous le présenter ?

Gwénola Morizur : C’est l’histoire d’une demoiselle espiègle et pleine de vie, qui est née avec des yeux qui n’y voient pas vraiment clair et qui se heurte aux difficultés de notre monde visuel… Elle a tout d’une « Alice au Pays des Merveilles », qui voit de l’autre côté du miroir, ces choses que l’on ne perçoit pas, que l’on ne prend plus le temps de regarder.
Un jour, Alix va faire un vœu, et la vie va lui faire un cadeau…
 

EDMA : Comment s’est mise en place votre collaboration sur ce projet ? Aviez-vous déjà travaillé ensemble ?

Gwénola Morizur : Nous ne nous connaissions pas avant cette collaboration. Le manuscrit était encore à la recherche d’un illustrateur lorsque je l’ai envoyé aux Editions d'un Monde à l'Autre.
Je connaissais le travail de Fanny via internet, et son univers me plaisait beaucoup. Lorsque le manuscrit a été retenu, j’ai proposé son nom pour illustrer l’ouvrage. Fanny a été contactée, a découvert le texte et accepté de faire des propositions graphiques qui ont convaincu l‘équipe des Editions d'un Monde à l'Autre. Je suis originaire du Finistère, où vit Fanny, et je pense que d’ici la publication de l’ouvrage, nous aurons l’occasion de nous rencontrer… Entre temps nous allons échanger sur les différentes directions graphiques, et c’est là que notre collaboration va prendre tout son sens.

Fanny Brulon : J'ai reçu un mail de Gwénola Morizur, avec son magnifique texte... J'ai pris le temps de la réflexion, mais était déjà tomber amoureuse des mots de cette chouette histoire où, dans le personnage, je retrouve un esprit lunaire qui ne m'est pas inconnu. La poésie qui s'en dégage n'a fait qu'accroître mon envie d'y mettre mes images.

 

EDMA : Gwénola, votre écriture, très poétique, sert, avec beaucoup de sensibilité, le thème du handicap visuel car elle fait émerger avec force les sensations. La poésie est-elle un univers important pour vous ?

Gwénola Morizur : C’est un univers très important pour moi. J’ai lu beaucoup de poésie et les poètes m’accompagnent au quotidien. Je parle de la poésie contemporaine qui n’est plus rimée, mais qui porte un regard sur le monde, qui s’exprime dans une langue qui se ré-invente continuellement, qui expérimente. Avec la poésie, on peut tout dire. La poésie est, pour l’écriture, un espace de grande liberté.
 

EDMA : Fanny, comment l’écriture de Gwénola a-t-elle raisonné en vous ? Est-ce la nature poétique de cette écriture qui vous a motivé à accepter cette collaboration ou bien le thème du handicap ?

Fanny Brulon : La première lecture ne m'a pas plongée dans le thème du handicap. J'ai été transportée par la sensibilité qui se cache derrière les mots. Le personnage d'Alix est solide et drôle bien que son handicap fait d'elle une petite fille pas comme les autres ! Je n'ai pas trouvé que l'accent était mis sur sa fragilité physique mais plutôt sur la force de caractère d'Alix et les rêves dans lesquels elle nous plonge. Elle tire de sa faiblesse une personnalité attachante et s'invente une autre histoire qu'elle partage avec le lecteur.
 

EDMA : Fanny, quelle technique avez-vous choisi d’utiliser pour illustrer Les yeux d’Alix et pourquoi ?

Fanny Brulon : Je travaille d'abord à l'instinct. Je mets en place des crayonnés en rapport avec des phrases qui m'auraient plus percutées que d'autres.
Je commence par créer une personnalité à Alix. Je travaille essentiellement au crayon gris que je scanne. Je viens ensuite travailler en collage numérique autour de mes dessins. Je vais ensuite passer au décor en crayonnant sur ma palette graphique et le tour est joué. J'utilise également des textures que j'ai au préalable éxecutées : aquarelle, aplat de gouache, papier chiffonné, journal découpé, etc...
 

EDMA : Gwénola, pourquoi avoir choisi de parler du handicap visuel ?

Gwénola Morizur : Je suis sensibilisée au handicap mental et moteur depuis l’enfance par mon entourage familial et j’y suis très sensible. Mais je ne connaissais pas le handicap visuel. Il y a trois ans je suis devenue la marraine d’Alice, une incroyable petite fille à qui on a détecté un colobom (et donc une déficience visuelle) dès l’âge de deux mois. J’ai la chance de côtoyer Alice au quotidien, et j’ai voulu tenter, par l’écriture, d’imaginer sa vision du monde. Alice me surprend souvent par sa pertinence et son inventivité. Elle me rappelle sans cesse qu’on a des milliers de choses à apprendre de la différence.
 

EDMA : Quelle est votre actualité à toutes les deux ? Quels sont vos projets autour de la littérature jeunesse ?

Gwénola Morizur : Je travaille avec une illustratrice sur un projet de bande dessinée qui paraitra l’année prochaine aux éditions Grand Angle. L’aboutissement de plusieurs années de travail. Côté littérature jeunesse, des textes patientent chez des éditeurs, j’attends pour l’instant les réponses !

Fanny Brulon : Je suis à l'origine d'un projet de boutique associative qui se nomme «Tilt » avec des artisans bretons. J'y vends des illustrations originales, des repro en série limitée et des dessins encadrés.

J'interviens, dès la rentrée, en milieu scolaire, auprès d'élèves de maternelle à qui je fais découvir la peinture grandeur nature. Fresques et coloriages géants au programme.

Je travaille avec une maison d'édition bilingue : « Numeribulle » à Brest. 

J'ai illustré huit titres qui paraîtront numériquement sur le site, le mois prochain et quelques titres en version papier à travers la Bretagne.
 

Découvrez l'univers graphique de Fanny Brulon :
http://lafannette.blogspot.fr


Découvrez le blog de Gwénola Morizur : http://gwenolamorizur.blogspot.fr/

 

 


 

S'inscrire à la lettre d'infos

Pour la recevoir par courriel

Nos autres lettres